Le recrutement des seniors en informatique

Aujourd’hui, je vais aborder un point souvent rencontré lors de mes entretiens d’embauche, quelle que soit l’entreprise ou le cabinet conseil. En effet, la question qui préoccupe le responsable du recrutement est : « à 50 ans, est ce que la personne que j’ai en face de moi est toujours capable d’apprendre à maîtriser les nouvelles technologies comme le cloud ou la virtualisation ? »

Cette interrogation m’a toujours mise en colère (intérieurement). Elle est généralement le fait d’une personne d’une trentaine d’années qui est née avec un monde rempli d’informatique. Les micro ordinateurs sont monnaie courante, les smartphones aussi, les usages sont au « tout connecté », leur utilisation est naturelle.

Quand je suis né, en 1967, rien de tout ça n’existait. Dans les années collège, je rêvais devant les publicités pour le ZX-80 dans les magazines (vous savez, les journaux imprimés sur du vrai papier) et mon premier contact avec l’une de ces machines s’est passé en 3ème, par une initiation sommaire de quelques heures. L’année d’après, je me suis inscrit au Microtel club de Pessac (33600) ou l’on avait une véritable caverne d’ali baba : TRS-80, Goupil G1 & G2, Commodore 64 et Apple II entre autre.

Puis en 1984, j’ai fait l’acquisition d’un MSX Sanyo, le PHC-28L. Mes premiers pas ont été guidés par la revue Hebdogiciel et mon premier programme fut un jeu de tir en scroll horizontal. En 1986, j’ai acheté un Amiga 1000, l’un des 1er en France, une version NTSC modifiée PAL, alors qu’en parallèle j’entrais à l’EPSI pour y suivre des études informatiques. Et ainsi de suite, jusqu’à nos jours ou je possède quelques PC, serveurs et machines hébergées.

Ce rapide historique n’est pas anodin. Qui a fait passer Lotus 123 à Excel 2016 ? MSDOS à Windows 10 ? Les réseaux Token Ring à la fibre optique ? L’Intel 8008 à la virtualisation ? Le lecteur de cassette au cloud ? Le Cobol au Java ? Qui est derrière toutes ces « nouvelles » technologies, qui les a intégrées à notre vie, qui les a enseignées à nos enfants ? Le monde ne s’est pas créé en 1 jour, l’informatique non plus. Le stade actuel, celui pour lequel le recruteur cherche une personne, n’est que le résultat des évolutions plus ou moins logiques qui se sont faites tout au long des années, évolutions auxquelles j’ai participé, étudié, décortiqué pour en tirer l’usage que l’on en fait de nos jours. Quand on a 30 ans, il est difficile de concevoir que la virtualisation existe depuis 2003, époque ou je participais à NetBSD et son portage sur un dom0 pour l’architecture M68k.

Alors non messieurs les recruteurs, je ne suis pas capable d’apprendre les nouvelles technologies car elles ne sont nouvelles que pour ceux qui ne les ont pas vu naître. Je fais partie d’une génération qui a construit ce monde dans lequel vous êtes et qui continuera a vous accompagner encore longtemps je l’espère.

Ce contenu a été publié dans Administration, Recrutement. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *